Poudlard Renaissance


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Toi qui me dévore, qui souhaite ma mort + ALFRED.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alfred Marlowe
Préfet-en-Chef
Préfet-en-Chef
avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 29/07/2013

MessageSujet: Toi qui me dévore, qui souhaite ma mort + ALFRED.   Lun 29 Juil 2013 - 15:05


    Nom complet : Alfred Franz Marlowe.
    Surnom(s) : Al.
    Sexe : Masculin.
    Âge : 17 ans.
    Nationalité : Britannique. Origines allemandes.
    Lieu de Résidence : Londres.
    Année d'Étude : Septième Année.

    Physique : Il a le visage fin, le nez bien en évidence. Ses yeux sont d'un vert émeraude, mais représentent aussi le miroir de l'âme et démontrent très honnêtement les émotions qu'il ressent. Ses lèvres sont parfois pincées, il les mord aussi par agacement et ses sourcils s'arquent-boutent selon son humeur. Ses cheveux blonds sont coupés à la perfection, sillonnant le tracé de sa mâchoire, touchant sa gorge avec élégance. Et cette finesse se traduit dans le moindre de ses gestes jusqu'à la coupe de ses vêtements. Alfred ne laisse rien au hasard. Il doit constamment être impeccable, parfaitement fringué, parfaitement coiffé, la peau sans taches ni boutons. Bref, Alfred est cinglé. Il souffrirait bien trop d'échouer, de passer à côté de son but ultime, d'être considéré par ses parents comme un fardeau. Pour l'instant, il s'en sort très bien. En fait, jusqu'à maintenant, l'on peut dire qu'Alfred est irréprochable. Enfin, jusqu'à ce que l'on se heurte à sa nature fielleuse et prétentieuse.

    Caractère : Né dans une famille suivant la doctrine de la pureté du sang, Alfred est un adolescent intolérant et suffisant qui ne sait pas respecter ce qui est différent. Si jamais il croise un enfant de moldu sur son chemin, des plis se forment sur son nez, son expression paraît écoeurée, il donne l'impression d'être prêt à dégobiller sur quiconque ne correspond pas à l'image du sorcier modèle qu'il a apprit à apprécier et à aduler. Pas qu'il soit du genre à lécher des bottes, qu'elles soient magiques ou non, mais disons qu'il s'applique un peu mieux à se plier aux exigences de sorciers estimables ─ de l'avis de ses parents, du moins ─ qu'à suivre les ordres de traîtres à leur sang ou de ratés comme ces moldus inutiles. Il faut être conscient que ce ne sont certainement pas toutes les familles de sorcier au sang pur qui croient que les autres sont une épine dans le pied de tous les mages, mais la famille Marlowe s'avère être intolérante depuis plusieurs siècles envers quiconque ne correspond pas à leur modèle de perfection. C'est fort probablement pour cette raison que la devise de la famille est « Excellence et supériorité ». La pression est forte chez les Marlowe et Alfred en est pleinement conscient, s'appliquant en cours de manière quasi obsessionnelle, toujours le premier à rendre ses devoirs, toujours le premier à se proposer pour gérer les autres, s'imposant dans le but d'être l'image du pouvoir que ses parents souhaitent afficher.

    Alfred a vite comprit qu'il valait mieux se soumettre à ce mode de pensée extrémiste plutôt que de chercher à s'évertuer contre sa propre famille. Il considère important d'être estimé par ses aînés, cherchant ─ en toute honnêteté ─ à pulvériser ces idéaux et à balayer cette réputation de malades qu'entretient cette famille consanguine et malintentionnée afin de faire payer ses parents pour toutes ces années gaspillées à vouloir toucher la sur-éminence. Son enfance ratée lui est longuement restée coincer en travers de la gorge et le goût de l'amertume a fini par motiver le moindre de ses mots et le moindre de ses gestes. Al' s'avère être un excellent menteur, très dégourdit et capable de manipuler les cibles faciles si cela lui permet de parvenir à ses fins. Et cette ambition presque démesurée lui permet de tenir le coup dans cette famille abominable. Ce que Alfred est réellement ne peut pas être complètement différent de ce que l'on voit de lui. C'est un adolescent complexe, froid et arrogant, égocentrique et sans la moindre ouverture d'esprit. Il est intelligent et sait prendre le lead, mais c'est aussi un garçon qui n'a connu que la distance et l'hypocrisie, le contraignant à se méfier des autres et à les voir comme des moins que rien. Il ne suffirait que d'une main tendue, d'un être plus futé qu'il ne l'est, pour que Al' parvienne peut-être à se livrer et à ressentir de la curiosité envers des choses qu'il ne cherche même pas à connaître puisqu'il est gavé de préjugés. Néanmoins, cela n'empêche pas que Alfred est aussi sournois qu'un esprit frappeur et aussi ignoble qu'un runespoor sauvage. Il ne ressent aucune compassion et ne connaît pas le remord. Mais il n'est jamais trop tard, n'est-ce pas ?

    Du moins, j'ose croire.

    Histoire : Il y a un manoir gothique dont les briques sombres s'entassent sur la façade décorée de gargouilles en pierre et de longs balcons protégés de montants de fer forgé. Cette immense demeure plantée au sommet d'une falaise tordue abrite la famille Marlowe depuis de longues années. Les châtaigniers européens et les vignes sur les parois de pierre de cette maison particulière mettent tout de suite l'évidence sur le côté antique et conservateur de la famille qui y vit. Les parents, Ares et Morgan sont deux êtres respectés et reconnus dans le monde de la magie pour leur boutique située sur l'Allée des Embrumes. Ares est un maître des potions, mystérieux blond aux yeux gris acier, la classe et la dureté des ancêtres allemands dans les traits durs de son visage et Morgan est une gracieuse et allumée fabricante de vêtements griffés. Quelques mois après leur union matrimonial, les deux sorciers découvrent que Morgan est enceinte. Alfred nait au mois de janvier, en plein coeur de l'hiver, et devient rapidement la fierté de ses parents. « Il ressemble tant à son père ! » disent-ils, ces gens qu'il ne reconnaît même pas, bambin dans les bras chauds de sa mère. Il se laisse trimballer dans les soirées mondaines, au coeur de Londres, puis dans les manoirs des familles qui sont liées par les rameaux de leur arbre généalogique.

    Alfred grandit sans réaliser qu'il est choyé, qu'il ne manque jamais de ne serais-ce qu'une mornille. Le coffre-fort des Marlowe est toujours bondé et presque tous les sorciers d'Angleterre connaissent le nom qu'il porte. Il évolue dans ce monde, progressant maladroitement, tenant la main de sa mère, cherchant à rendre son père satisfait en suivant ses ordres à la lettre, jusqu'à la cravate qu'il doit porter, jusqu'aux paroles qu'il doit prononcer face à leurs invités du repas du soir. L'elfe de maison de la famille caresse le sol de son nez chaque fois qu'ils se croisent, s'inclinant avec une exaltation qu'Alfred n'arrive pas à comprendre. Puis, Alfred grandit et a déjà assisté à de nombreux matchs de Quidditch. Il connaît certains sortilèges sans savoir les effectuer et possède de nombreux ouvrages sur les créatures magiques ou l'histoire de ses ancêtres. Il apprend petit à petit l'importance d'être à la hauteur. Ares ne tarde pas à l'emmener dans les souterrains où il peut admirer les statues représentant ses prédécesseurs. Ares ne cesse de répéter les mêmes mots  d'un ton sévère. « Un jour, ce sera toi. » Que sera-t-il ? Alfred comprend, en vérité. Il comprend l'étendue des responsabilités qu'on lui incombe. Les terres que sa famille possède en Grande-Bretagne, l'argent que son père gère à la plume près. Les potions qui débordent des étagères du laboratoire de son père.

    Et plus il grandit, plus cette perspective l'effraie, plus l'envie de fuir devient omniprésente, lui donnant la sensation de se noyer et de perdre tout sens de l'orientation. Alors à dix ans, il a déjà baissé les bras. La lettre d'admission au collège est déposée sur sa commode et il peut enfin fuir le domaine familial, se retrouvant sur les bancs d'une école si particulière. Le château immense est une dérobade qui ne dure qu'un an. Les attentes de ses parents s'accumulent et il doit se surpasser, encore et encore. Sa jeune soeur Elena naît en avril et s'avère déjà être la douceur incarnée. Les années passent sans qu'il ne réussisse encore à trouver le moyen d'échapper à son pénible destin. Mais Alfred vient d'avoir ses dix-sept ans. Il est un adulte, maintenant. Et il ne compte plus se laisser piétiner par son père. Il compte renverser la vapeur et montrer ce dont il est capable. Quoi qu'il en coûte.

    Animal de Compagnie : Aucun, il a horreur de ça.
    Statut du Sang : Pur depuis de nombreuses générations.
    Type de Sorcier : Ordinaire.
    Votre Baguette : 30 cm, aubépine, crin de licorne.
    Votre Patronus : Une girafe.

    Objet Fétiche : Probablement son badge de préfet-en-chef. C'est tout de même quelque chose d'assez précieux. Sinon, il ne quitte que très rarement ses bracelets aux couleurs des armoiries de sa famille.
    Matière Préférée : Potions.
    Matière Détestée : Divination.
    Épouvantard : Une photographie de lui entouré de camarades moldus.

    Nombre de piercings : Un sur la langue.
    Couleur des chaussettes : De jolies chaussettes avec des motifs de dandy chic.
    Saison détestée : Hiver. Il déteste avoir froid.
    Nombres de relations sérieuses : Franchement ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choixpeau Magique
Maître du Jeu
Maître du Jeu
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 28/07/2013

MessageSujet: Re: Toi qui me dévore, qui souhaite ma mort + ALFRED.   Mar 30 Juil 2013 - 5:29

Bienvenue sur le forum Mr. Marlowe (étonnante manière de placer le personnage en situation, bravo) !

Il me semble parfaitement évident que ton personnage est fait pour aller à Serpentard.

On se donne rendez-vous à la cérémonie de répartition !

Amuse-toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-rebirth.forumactif.fr
 

Toi qui me dévore, qui souhaite ma mort + ALFRED.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Souhaite un joyeux Noël à Pascal [pv PASCAL]
» B-Boy, la JL souhaite un rétablissement tres rapide a ta fille
» Neverused vous souhaite de joyeuse fêtes !
» Je te souhaite ..................
» Lutte a la corruption: vote des lois souhaite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Renaissance :: Just Some Wizards :: Cérémonie de Répartition :: Sorciers Validés-